Archive dans 1 octobre 2020

résolution et le bruit d’un vidéo projecteur

la résolution de l’image

Comme la résolution de l’image est dans ce cas de 1024 x 576 pixels, seul un vidéoprojecteur avec une résolution XGA (1024 x 768 pixels) au moins peut produire le format 16:9 avec une précision au pixel près sans perte de qualité. Les vidéoprojecteurs SVGA (800 x 600 pixels), en revanche, doivent réduire les 1024 pixels de chaque ligne au maximum disponible de 800 pixels – la qualité de l’image en souffre sensiblement. Comme nous n’examinons que les vidéoprojecteurs XGA dans ce champ d’essai, ce problème ne se pose pas ici.

Mais la résolution XGA ne suffit pas à elle seule pour un affichage sur grand écran. En outre, les vidéoprojecteurs doivent également prendre en charge l’affichage 16:9 du paysage, qui s’écarte de la norme 4:3. À l’exception du Iiyama LPX100, tous les objets testés l’ont fait. Les candidats de Canon et de Sony ont projeté selon le format, mais sont passés à une sorte de Pan&Scan – ils ont simplement coupé un peu du bord latéral de l’image en mode 16:9.

 

Bruit fait

Une lampe à haute performance irradie les minuscules puces LCD ou DMD d’un vidéoprojecteur avec un immense flux lumineux – et se réchauffe correctement. La lampe doit donc être constamment refroidie par un ou deux ventilateurs sous le capot du vidéoprojecteur.

Malheureusement, la rotation nécessaire du ventilateur ne fournit pas seulement de l’air frais, mais aussi beaucoup de bruit. Il est donc d’autant plus étonnant que les fabricants promettent une opération “super-silencieuse” qui n’est pas nuisible aux oreilles, loin de la réalité.

 

Le bourdonnement

Le fait que le bourdonnement et le bourdonnement perturbent le plaisir du film dépend, entre autres, de la direction dans laquelle se produit le niveau sonore le plus fort – ou de l’endroit où le vidéoprojecteur est placé dans la pièce. S’il est plus silencieux dans la direction de la projection, l’appareil est positionné de façon optimale derrière les spectateurs ; ce positionnement devrait être le cas normal pour le plaisir du cinéma à domicile.

Lors de présentations à plus petite échelle, le vidéoprojecteur est généralement placé devant le public ; le bruit maximum du ventilateur vers l’arrière est donc plus dérangeant. Si vous choisissez un vidéoprojecteur pour un objectif défini, vous devez faire attention à la position du ventilateur dans le boîtier. Les petites roues à aubes des ventilateurs sont faciles à trouver ; s’il y a plusieurs ventilateurs, la sortie est celle sans filtre à poussière.

Cependant, la position du ventilateur n’indique pas toujours la direction maximale du bruit. Le Philips cBright, par exemple, fait également beaucoup de bruit dans la direction de la projection, bien que le ventilateur soit dirigé vers l’arrière.

 

le niveau de bruit

Certains vidéoprojecteurs permettent une réduction significative des niveaux de bruit grâce à un mode économique ou écologique optionnel. Cela permet de réduire l’énergie de la lampe. En effet, la luminosité de l’image diminue alors aussi un peu, mais ceux qui se sont déjà assis à côté d’un vrai bruiteur l’accepteront volontiers. Autre effet positif : la durée de vie de la lampe est multipliée par deux environ. Compte tenu des coûts élevés d’une nouvelle lampe – par exemple 500 euros avec 2000 heures d’éclairage garanties – le mode économique est donc intéressant. Un écran avec un gain plus élevé devrait être intéressant pour les vidéoprojecteurs fréquents (voir p. 144). Il peut coûter cher au début, mais grâce à son rendement lumineux plus élevé, il peut être utilisé en mode économique même avec des vidéoprojecteurs LED modérément lumineux. L’argent investi est alors rapidement récupéré par la durée de vie prolongée de la lampe.

 

Pendu

Dans les salles de conférence modernes équipées d’un vidéoprojecteur fixe, celui-ci est souvent suspendu sous le plafond. Certaines personnes préféreront également cette variante pour le domicile familier. Le vidéoprojecteur full HD doit remplir deux conditions : Une option de montage sous la forme de trous de perçage sous le boîtier (les appareils sont tournés “à l’envers”) et un mode d’affichage dans lequel l’image est également tournée de 180 degrés. Ceux qui veulent briller par derrière à travers une surface de projection ont besoin du mode dit de rétroprojection, dans lequel l’image est réfléchie.

Un problème possible avec le montage au plafond : le vidéoprojecteur 4K dirigée vers le bas selon un certain angle entraîne des lignes qui tombent du mur vertical de la pièce – l’image autrefois rectangulaire est déformée en forme de trapèze. Dans ce cas, la fonction de correction de la distorsion trapézoïdale du projecteur garantit à nouveau des bords parallèles. Cependant, la qualité de l’image diminue sensiblement à cause de cette manipulation : comme il faut répartir plus de pixels sur moins de pixels dans certaines zones, l’affichage n’est plus précis au pixel près et donc plus net, et il y a aussi des effets de moiré inquiétants. En revanche, en lecture DVD, le flou n’est pas très perceptible, tout au plus avec des sous-titres en filigrane.